juillet 15, 2024
Accueil » Benhanafi, l’homme révolutionnaire de la radio

Poète, producteur et animateur, le défunt Benhanafi a gravé son nom en lettres d’or dans la radio. Ceux qui l’ont côtoyé lui reconnaissent son talent artistique, et surtout radiophonique. Mohamed Ait Tahar, de son vrai nom, était un homme révolutionnaire dans le sens propre du mot…

Mohamed Ait Tahar, dit Benhanafi est né le 7 février 1927 dans le village Sidi Atmane dans la commune d’Ath Ouacif (Tizi ouzou). Il est très jeune quand sa famille s’installe à Tiaret. Il rejoint la révolution algérienne au moment de son déclenchement.

Commissaire politique, orateur durant la guerre de libération à Tiaret, il sillonna les maquis de l’Ouest pour expliquer la cause algérienne et faire adhérer davantage les populations à notre noble mission : lutter contre le colonialisme. Il devient poète de la radio kabyle chaîne 2 qu’il intègre en 1963.

Carrière à la radio kabyle chaîne 2

Benhanafi quitte l’école à l’âge de 14 ans et s’installe dans la ville de M’Chedellah, où il est employé comme commis d’épicerie. C’est à cette époque que Benhanafi se marie et dirige son propre commerce de draps dans la ville de Tiaret. Après le déclenchement de la révolution en novembre 1954, il est gouverneur du 2e arrondissement de la province de l’ouest du pays.

Après l’indépendance, Benhanafi revient à Alger avec sa famille et entame une carrière à la radio kabyle chaîne 2. Avec Mohamed Hilmi et Ahmed Imane, deux personnalités de la radio, Benhanafi a lancé l’émission de poésie “Leqlam ajdid” et l’émission pour enfants “Tibḥirin d ijeğğigen d waman isemmaḍen, yessefraḥen arrac imectuḥen“.

Parolier des grands chanteurs kabyles

Beaucoup de ces gamins qui sont passés devant son micro sont devenus des grands noms comme Nouara et Mouloud Habib, mais pas seulement. La célèbre voix des autres chansons kabyles, à l’instar de Malika Domrane, Matoub Lounès, Djamel Frahi… et d’autres artistes, ont fait leur débuts dans la célèbre émission “Icennayen n uzekka” qui s’est inspiré de ce chantre des micros.

Benhanafi était le parolier des grands chanteurs kabyles tels que Idir, Malika Domrane, Kaci Abjaoui, Chérif Khedam, Tarbaath el khanssa… Il est également le fondateur, à la fin des années 60, de la célèbre chorale de lycéennes de Tizi Ouzou «Tullas n’Fadhma N’Soumeur», dont Malika Domrane faisait partie.

“Benhanafi la voix de la radio kabyle”

Son parcours a poussé Ourida Sider à lui consacrer un livre édité aux éditions Le savoir à Tizi-Ouzou. L’ouvrage intitulé “Benhanafi la voix de la radio kabyle”. Elle a réussi à rassembler plus de 100 poèmes de ce monument de la poésie kabyle et quelques expressions qu’il utilisait souvent. Parmi ses poèmes : “Azger“, “Fariza“, “Fek-iyi-d amendil-iw“, “Acḥal γlay smaḥ“…etc.

Ourida Sider a également réalisé un film documentaire sur la vie de Benhanafi et son parcours… “Amghar azemni, qui reflète sa générosité et sa sagesse, d’où il a inspiré beaucoup de générations future. La radio, c’était toute sa vie”, a témoigné la jeune productrice qui travaillait avec le défunt…

En 2001, il a animé l’émission “Af yiri n lkanun”, sa dernière production. La radio c’était son deuxième foyer, où il avait passé une cinquantaine d’années à se consacrer à la culture et la langue kabyle. Benhanafi est décidé le 4 mars 2012, dans sa ville natale à l’âge de 85 ans.

Louiza Moualek

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *